Allergies

Dr Philippe Auriol

 
Traiter l'allergie, vivre allergique, la prise en charge de l'allergique et de ses allergies
   Index | Maladies Allergiques | Bases immunologiques | Liens

 
Fiches pratiques

 

Les allergies dont nous souffrons sont le fruit d'une réaction exagérée et inadaptée de l'organisme vis à vis de l'environnement.

Globalement on fait la distinction en allergologie entre trois types d'allergènes même si tout cela est finalement un peu artificiel...

  • Les aériens, appellés parfois "pneumalllergènes", il s'agit là des substances en suspension dans l'air soit de façon continue (acariens), soit de façon saisonnnière (pollens). La fréquence des personnes sensibilisés a considérablement augmenté ces dernières années. Les facteurs qui sont responsables de cette augmentation de prévalence ne sont encore que des hypthèses de travail, il semble cependant que certains soient mieux établis:
    • la pollution intérieure, en effet les "économies" d'énergie de 1974 (crise pétrolière) ont considérablement modifié nos habitudes de vie:
      • habitats mieux isolés
      • "cocooning" avec moquettes murales etc...
      • diminution des volumes pour limiter les coûts (plus forte concentration en allergènes par m3)
    • l'augmentation du nombre d'animaux domestiques dans les habitats est considérable sur vingt ans. Ils sont certes source de beaucoup de joies mais ils augmentent également le nombre d'allergènes avec lesquels notre organisme est en contact (poils d'animaux mais également augmentation du nombre d'acariens dans l'habitat).
    • le "terrain allergique", en effet ces allergènes dont nous parlons ci dessus sont mis au contact d'organismes fragilisés par des sensibilisations alimentaires (cf plus loin)
    • le problème de l'antibiothérapie et/ou de la vaccination, une étude du Lancet a mis en évidence davantage d'allergies chez les sujets vaccinés que ches les non vaccinés. Ceci a amené l'incrimination de la vaccination dans les allergies. En fait, il s'agit de deux populations différentes: les gens non vaccinés sont en général des militants de la non antibiothérapie et des médecines dites "douces". Ces populations font donc des infections bactériennes légères qui stimulent davantage une immunité de type Th1 (comme vu dans les bases physiopathologiques) et donc moins d'allergies. Ceci n'est évidemment pas sans risque car une infection bactérienne peut mal se terminer si elle n'est pas traitée à temps. Il n'existe pas à ma connaissance de données chiffrées fiables comparants les mortalités et morbidités de ces deux populations mais je continue à vacciner mes enfants et à leur donner, si besoin, une antibiothérapie :-)
    • la pollution extérieure N'EST PAS responsable de l'augmentation de prévalence des allergies. Il s'agit trés certainement d'un facteur déclenchant pour les crises mais aucune étude n'a pu formellement à ce jour mettre en évidence une corrélation pollution atmosphérique et allergie. Tout au plus un rôle est parfois évoqué dans la modification des grains de certains pollens qui seraient ainsi rendus plus allergisants...peut être..
  • Les alimentaires, notre industrialisation s'est faite avec une belle anarchie en matière d'agro-alimentaire. Certains grands groupesindustriels ne se rendent pas compte des dangers qu'ils prennent en termes juridiques our leurs entreprises en négligeant de mentionner la présence d'allergènes potentiellement mortels...Il y aura trés certainement quelques procés un de ces jours. Notre alimentation a effectivement considérablement évoluée, certains le regretteront, d'autres s'en réjouissent, peu importe, le contact avec les allergènes alimentaires est différent pour les jeunes générations de ce qu'il était pour les anciennes. On trouve aujourd'hui de l'oeuf dans les biscuits pour bébé, de l'arachide dans des crèmes de soin pour bébé, du kiwi dans des petits pots pour bébés, etc... La liste des bêtises réalisées inconsciemment (je préfère le croire) par nos industriels est édifiante. Ceci est un facteur primordial pour expliquer l'incidence grimpante des maladies allergiques: un mauvais contact précoce oriente l'organisme vers une réponse de type allergique et conditionne donc ainsi la réalisation de nouvelles allergies dans l'avenir.
  • Les "chimiques", produits de connotation trés négative dans le grand public ils sont notre quotidien d'environnement dans les crèmes, savons, shampooings, spray, désodorisants, etc... Les médias ont longtemps asséné un discours sur le "français pas propre" et utilisant peu de "savons". Il est certainement préjudiciable pour l'organisme d'utiliser les "savons" ceux-ci sont des détergents et à ce titre ils abîment la barrière immunitaire passive de notre organisme. Il est nettement préférable d'user de bases lavantes ou pains surgras et d'une bonne hygiène mécanique (frotter la peau au gant). La pollution de nos habitats est aussi le fait de ces chimiques: du pot pourri au désinfectant parfumé en passant par les batons d'encens nos milieux aériens se sont enrichis de produits chimiques que nous n'avions pas ou peu autrefois.

Bref, nos conditions de vie ont beaucoup évolué en peu de temps, notre organisme est quelque peu "désorienté" et développe davantage d'allergies. L'"épidémie" allergique n'est pourtant pas une fatalité et elle devrait pouvoir être enrayée avec un peu de bon sens.

Comprendre l'allergie c'est déjà la traiter.

[retour vers le haut]

Tout sur l'allergie au quotidien:
www.ALLERGIQUE.org

@llergique.Org: L'allergie au quotidien


Avertissement aux visiteurs : Aucune suite ne sera donnée aux messages demandant un diagnostic ou une conduite à tenir face à certains symptômes. En cas de problème, consulter un médecin est la seule attitude à adopter. Pour toute aide ou assistance complémentaire en cas de maladie grave et/ou rare, renseignez vous auprès de votre médecin et des associations de malades.



   http://allergie.remede.org | Nous Ecrire