Allergies

Dr Philippe Auriol

 
Traiter l'allergie, vivre allergique, la prise en charge de l'allergique et de ses allergies
   Index | Maladies Allergiques | Bases immunologiques | Liens |

 
Fiche pratique, les acariens

Vers un site externe sur les acariens

Qu'est ce qu'un acarien?

Il s'agit d' "arachnides" mesurant moins d'un demi-millimètre et qui se comptent par millions dans nos literies où ils se nourrissent des débris de peau et de poils. Il en existe plus de 50000 espèces répertoriées. Celles de la "poussière de maison" sont essentiellement les "dermatophagoïdes pteronyssinus et dermatophagoïdes farinae". Bien souvent les personnes qui souffrent d'allergies aux acariens pensent souffrir d'allergie à la plume ou d'allergie à la poussière. Ceci est dû à une vieille confusion entre l'endroit où on en trouve beaucoup (les oreillers en plumes) et les allergènes...

Ces acariens (dp et df), supportent difficilement les climats secs et froid de l'altitude. Les centres de cure climatique s'y sont donc naturellement installés.

En soit, ils sont tout à fait inoffensifs pour l'homme et même écologiquement utiles, cependant les protéines de leur carapaces et de leurs déchets peuvent donner lieu à des réactions d'allergie qui sont délétères pour le bon fonctionnement de notre organisme. Les allergènes des acariens sont bien connus: DerPI (pour le pteronyssinus), DerFI (pour le farinae), mais aussi d'autres comme ceux des acariens de stockage (Euroglyphus maynei, Acarus siro, etc...). Sous des latitudes tropicales d'autres acariens colonisent nos habitats (blomia tropicalis, chortoglyphus etc...).

Pour bien vivre et donc proliférer, un acarien à besoin d'être au chaud (entre 26 et 32°C dans le matelas, ce qui correspond à 21/22°C dans la pièce), dans l'humidité (75% d'hygrométrie semblent le satisfaire pleinement)...et d'avoir à manger (poils humains ou d'animaux, débris alimentaires).


Comment améliorer la prise en charge?

Il faut diminuer la quantité d'acariens de l'environnement. Pour cela il existe des critères idéaux pour obtenir une chambre avec peu d'acariens.

*Avoir une literie synthétique, éventuellement complétée d'une housse anti-acariens (pas une de supermarché mais une vraie dont vous aurez les coordonnées auprés de votre allergologue). Changer de matelas ne sert à rien, il sera recolonisé par les acariens en trois mois maximum...

*Avoir un sol lisse et lavable sans tapis.

*Avoir des murs lavables, sans tentures ni double rideaux.

*Avoir une penderie pour y stocker ses vêtements.

*Avoir enlevé les peluches et les bibelots. Préférer une peluche lavable pour l'enfant, et la laver tous les mois.

*Interdir l'accés aux chambres pour les animaux domestiques.

A ces mesures radicales doivent s'ajouter les suivantes:

*Tous les jours aérer la chambre (hygrométrie autour de 50 à 60% pas plus) et maintenir la température à 19°/20°C maximum.

*Toutes les semaines: laver la literie, passer l'aspirateur, laver les peluches.

 

Ces mesures ne remplacent pas forcément un traitement médical de la maladie mais elles en améliorent l'efficacité.

 


Traitements actuels de l'allergie aux acariens:

Suivant la gêne et son retentissement sur la santé du patient, l'Allergologue proposera, en complément des mesures d'environnement vues au dessus, divers types de traitement:

-Le traitement symptomatique des conséquences de l'allergie avec des "anti-allergiques" (cromones, anti-histaminiques, cortico-stéroïdes, théophyllines) , parfois associés à des "anti-asthmatiques"(anti-leucotriènes, cortico-stéroïdes, béta2 longue et/ou courte durée d'action, théophyllines).

-Si l'Allergologue estime que l'allergie aux acariens est prédominante et semble responsable de la maladie, il proposera au patient une désensibilisation (traitement de la cause).

A l'heure actuelle des études prospectives sur les rhinites allergiques perannuelles (rhinites chroniques essentiellement liées aux acariens) évaluent à 20 à 30% les patients qui développeront un asthme si leur rhinite n'est pas traitée. Ces études sont intéressantes et plaident en faveur d'une désensibilisation précoce.

Dans la dermatite atopique, un consensus existe sur l'impérativité de tester les acariens non pas seulement en prick-tests mais également en patch test afin de valider une sensibilisation retardée également par contact.

 

[retour en haut]

 


Avertissement aux visiteurs : Aucune suite ne sera donnée aux messages demandant un diagnostic ou une conduite à tenir face à certains symptômes. En cas de problème, consulter un médecin est la seule attitude à adopter. Pour toute aide ou assistance complémentaire en cas de maladie grave et/ou rare, renseignez vous auprès de votre médecin et des associations de malades.



   http://allergie.remede.org | Nous Ecrire