Allergie

Dr Philippe Auriol

 

   Index | Mécanismes | Maladies Allergiques | Bibliographie

 
Anticorps de type E

 

Les Anticorps de type E:

Ces anticorps, bien que petits par les quantités produites, sont responsables de l'hypersensibilité de type 1 de Gell etCoombs et donc des maladies atopiques.

1/Structure:

D'un poids moléculaire de 190.000 daltons, elles comportent jusqu'à 12% de glucides avec des chaînes epsilon quasiment aussi grandes que les chaînes mû: cinq domaines et environ 540 acides aminés résiduels. Il y existe un pont disulfure suplémentaire (intracaténaire) par rapport aux immunoglobulines usuelles.

Elles se fixent aux récepteurs (RFce) dédiés que l'on trouve essentiellement sur les membranes des basophiles, des mastocytes et des éosinophiles déclenchant alors activation et dégranulation dés que deux d'entre elles forment un agglutinat sur la membrane cellulaire en se liant avec l'allergène (capping).

2/Synthèse:

Les clones lymphocytaires B sont capables de synthétiser tous les types d'immunoglobulines. Leur capacité à produire tel ou tel type d'anticorps est lié à "l'ambiance" cytokinique dans laquelle ils demeurent. Nous le verrons plus loin sur la page concernant la balance Th1/Th2.

D'autres facteurs entrent en compte:

  • L'hypothèse a été émise que les IgE soient issues d'un contrôle de type mendéléien: il y aurait un allèle R autosomique dominant et un r récessif. Cela nous donnerait donc: des sujets RR et Rr faiblement producteurs d'IgE, et des rr grands producteurs d'IgE. Cette notion correspond à peu prés aux chiffres retrouvés dans la population 20% de gros producteurs d'IgE pour 80% de mauvais producteurs. Ce contrôle est donc non spécifique d'allergène et non lié au HLA/CMH. Ce n'est vraisemblablement pas le seul.
  • Il existerait également un contrôle qualitatif (IgE spécifiques) qui, lui, serait lié au CMH/HLA. Ce contrôle est spécifique d'antigène et non spécifique aux IgE.
  • Enfin, une autre hypothèse est celle d'un contrôle génétique de "l'hyperréactivité générale". En effet une corrélation entre le HLA-B8 et Dw3 est observée avec la positivité des allergènes aériens usuels en tests cutanés (pollens, acariens).

3/Biologie des anticorps de type E

Nous allons ici nous intéresser à la signification et donc à l'intérêt des dosages immunologiques qui touchent les IgE. Nous ne détaillerons pas l'aspect comparatif des différentes techniques mais nous nous concentrerons uniquement sur le signifié.

  • Dosage des IgE totales, réalisé sur le sang du cordon chez le nouveau-né ou dans le sérum chez l'adulte. Ce dosage témoigne du caractère de bon producteur ou non d'anticorps de type E. Ce n'est en aucun cas prédictif d'une allergie en cours...
  • Dosage des IgE spécifiques (usuellement appelés Rasts), ceux-ci sont plus intéressants pour déterminer la quantité d'anticorps produits pour un allergène déterminé. Le problème est que les sujets qui souffrent de parasitoses, ou ceux qui auront des taux élevés d'IgE totales élevés de façon génétique, auront des taux non négligeables d'anticorps pour les allergènes usuels de l'environnement qu'ils y soient ou non allergiques. Enfin ces rasts sont sensibles aux allergies croisées et une allergie, par exemple, aux graminées peut amener des taux non nuls d'anticorps pour l'arachide (allergie croisée) sans que cela ne corresponde à une allergie à l'arachide. Leur intérêt est donc dans le suivi d'une allergie mais pas dans son diagnostic.
  • Dosages semi-globaux, ce sont des tests qui regroupent des allergènes jugés comme fréquents mais catégoriés (par groupe d'aliment, par groupe d'aéroallergènes etc...). Ils ont un intérêt dans le dépistage car ils gomment les inconvénients des deux techniques précédentes: une augmentation significative d'un groupe sans augmentation des autres laisse à penser qu'il doit y avoir une allergie dans ce groupe.

On le voit les règles de la biologie sont respectées: la biologie est un complément de la clinique mais ne saurait en aucun cas servir de certitude ni en faveur ni en défaveur d'une allergie.

Le diagnostic d'allergie est clinique et repose sur un interrogatoire et des tests cutanés réalisés par un allergologue qualifié éventuellement complété par une biologie ou des tests de provocation.

 

[retour en haut]

 

 


Avertissement aux visiteurs : Aucune suite ne sera donnée aux messages demandant un diagnostic ou une conduite à tenir face à certains symptômes. En cas de problème, consulter un médecin est la seule attitude à adopter. Pour toute aide ou assistance complémentaire en cas de maladie grave et/ou rare, renseignez vous auprès de votre médecin et des associations de malades.



   http://allergie.remede.org | m' écrire