Allergie

Dr Philippe Auriol

 

   Index | Mécanismes | Maladies Allergiques | Bibliographie

 
Allergènes & épitopes

 

La réponse immunitaire se détermine par rapport à des séquences de protéines (épitopes) portées par des éléments appellés "allergènes" (terme qui se dit donc de toute substance capable d'entrainer une réaction allergique).

Les allergènes:

Ce sont donc des antigènes capables de déclencher une réponse de type allergique (cf les hypersensibiltés selon Gell & Coombs). Ils en reprennent les caractéristiques:

  • dépendance de dose, nature et quantité d'anticorps produits sont sous la dépendance de celle-ci. En général de faibles quantités d'antigènes amènent la formation de faibles quantités d'anticorps mais avec une forte spécificité et affinité. de faibles quantités d'antigènes induisent chez l'homme une réponse IgE préférentielle... Mais de faibles doses induisent encore plus préférentiellement une immunité de type cellulaire (lymphocytes T) responsable d'une mémoire immunologique sans anticorps circulants.
  • dépendance de voie d'administration, la voie parentérale permettant un contact plus intense avec l'antigène induit une réponse plus intense. La voie digestive serait plus tolérogène (sauf peut être dans la petite enfance) et la voie respiratoire plus allergisante.
  • dépendance des facteurs associés, il peut en effet exister synergie ou compétition dans la réalisation de la réponse immunitaire lorsque plusieurs antigènes sont présentés en même temps. Il existe des adjuvants qui induisent un type de réponse plutôt qu'un autre (ie: le Phosphate de calcium utilisé dans les injections de "désensibilisation" qui induit plutôt une réponse de type IgG).
  • dépendance des facteurs génétiques: selon notre génétique nous pourrons réagir ou non à tel ou tel type d'antigènes (notion de répertoire immunologique).

Les épitopes, structures moléculaires fines présentes sur l'antigène ce sont elles qui permettent la reconnaissance entre la cellule immunitaire et la cible. Actuellement on différencie souvent les épitopes T (faisant réagir les lymphocytes T) des épitopes B (faisant réagir les épitopes B).

  • les épitopes T sont séquentiels, c'est à dire qu'ils corespondent à une suite contigüe d'acides aminés (en général de 9 à 17aa, soit une taille d'une dizaine d'A°). Certains peptides sont qualifiés de "cryptiques": la molécule originale n'est pas reconnue par le système immunitaire mais plutôt ses produits de dégradation.(ex: lysozyme du blanc d'oeuf).
  • les épitopes B sont surtout conformationnels donc liés à la configuration dans l'espace de l'antigène. Les séquences d'acides aminés reconnus peuvent ne pas être réunis physiquement mais sont proches entre elles dans l'espace. Ils réalisent une forme dans l'espace reconnue par l'organisme comme un allergène.

Notion d'allergie croisée:

On l'a vu, les réactions immunitaires de type anticorps se font non pas par rapport à une substance donnée mais par rapport aux épitopes présentés: de par leur forme ou de par leur structure interne.

Il est tout à fait compréhensible que cette séquence d'acides aminés puisse se retrouver dans d'autres substances que celle pour laquelle la réponse immunitaire a été mise en place. La nature est pleine d'imagination pour ça et c'est ce que l'on appelle des réactions croisées. Cela fait partie des difficultés et des plaisirs de l'allergologie.

[retour en haut]

 

 


Avertissement aux visiteurs : Aucune suite ne sera donnée aux messages demandant un diagnostic ou une conduite à tenir face à certains symptômes. En cas de problème, consulter un médecin est la seule attitude à adopter. Pour toute aide ou assistance complémentaire en cas de maladie grave et/ou rare, renseignez vous auprès de votre médecin et des associations de malades.



   http://allergie.remede.org | m' écrire